Agora
Résonances
www.ircam.fr
Semaine Écritures du temps et de l'interaction

SEMAINE ÉCRITURES DU TEMPS ET DE L'INTERACTION

<< Colloque international Écritures du temps et de l'interaction

Première journée

Matin

9h30-10h15 Introduction

10h15-11h Les origines de la musicalité humaine : structures de temps et structures d'interaction

L'étude de la structuration temporelle des comportements humains et de leurs interactions est un domaine relativement nouveau dans le champ de la psychologie cognitive de la musique. On partira de l'idée que la répétition est le principe de toute musique et que ses formes peuvent être étudiées dans toutes les cultures musicales. La répétition implique non seulement l'opposition entre ce qui est répété (immédiatement ou à distance) et ce qui ne l'est pas, mais implique également la variation, répétition non à l'identique d'un modèle reconnaissable à travers une ornementation ou une élaboration qui façonne l'unité de la forme musicale en même temps que sa progression. La répétition est maîtrise du temps.

Toute expérience individuelle, interpersonnelle ou interactive, comme toute expérience musicale est donc caractérisée par sa structure temporelle - son profil - sur laquelle se greffent les expériences sensorielles, motrices et affectives. Une grande part de nos interactions sociales spontanées peuvent être comprises et être interprétées directement en termes d'affects, avant même qu'on en décrypte un sens catégorisé en termes de code linguistique, social, culturel... Des chercheurs sont allés très loin dans cette voie, défendant l'hypothèse que cette perception et cette compréhension interactives est une véritable aptitude humaine innée, ou en tout cas, commune à la plupart des espèces animales supérieures, mais particulièrement développée chez l'homme. Cette aptitude a été désignée comme "musicalité des comportements". Elle est à la source de notre socialisation comme de nos compétences acquises en matière musicale et de nos conventions culturelles musicales.

11h-11h30 Pause

11h30-12h15 De Temporum Fine Comœdia : notation et intention compositionnelle

Cette communication s'attache au rôle de la notation comme réexposition du contexte sémantique de concepts d'œuvres détaillées et à la fiction que représente l'objectif d'une interface de notation de l'œuvre.

12h15-13h Logique du temps en informatique musicale

L'équipe Représentations Musicales de l'Ircam s'attache à proposer aux musiciens des outils sophistiqués de structuration temporelle dans les cadres de l'aide à l'écriture et de l'interaction. Plusieurs paradigmes de représentation ont ainsi été explorés en vue d'utilisations très diverses : temps métrique et temps lisse, temps de la partition et temps des processus, chronologie et logique temporelle, temporalités multi-échelles pour l'interaction composée ou improvisée. Entre les catégories du hors-temps et du en-temps chères à Xenakis, nous avons été amenés à proposer celle du temps logique, qui signe les organisations formelles dans lesquelles le temps, bien que structuré, n'est encore qu'à l'état de potentiel. Ces structures indiquent alors les modalités dynamiques du déploiement temporel des matériaux dans l'écriture ou dans l'interaction.

Les recherches de l'équipe seront présentées sous leurs aspects théoriques et pratiques, à travers l'environnement OpenMusic qui sert à la fois de base aux expérimentations et d'outil opérationnel pour les compositeurs.

Après-midi

14h30-15h15 Formes schématiques hiérarchiques pour des performances dramatiques virtuelles

Les schémas sont des modèles cognitifs qui ont été proposés comme fondements pour structurer et donner du sens à des fonctions cognitives complexes, intervenant notamment dans la compréhension d'œuvres narratives interactives et linéaires. La théorie des schémas peut être adoptée pour rendre compte du sens de performances dramatiques interactives à toutes les échelles de leur structure temporelle, des modifications les plus atomiques, en passant par les structures intermédiaires existantes dans les jeux et les scénarios dramatiques, jusqu'aux structures temporelles à grande échelle des œuvres fictionnelles prises dans leur intégralité.

Les langages développés en intelligence artificielle peuvent être utilisés pour représenter les schémas impliqués dans les performances virtuelles, à la fois comme bases pour la compréhension de la nature de l'engagement de l'auditoire et de son immersion dans la performance, mais aussi comme un formalisme de mise en œuvre pour la réalisation de
fictions dramatiques interactives.

15h15-16h Entre connaissance et interaction : Double Points: +

L'objet de cette conférence est de présenter certains concepts développés pour la création de l'oeuvre Double points: + à travers les questions suivantes :

Comment décrire les relations entre des processus musicaux structurés de manière récursive et le vocabulaire formalisé d'un danseur ? Des unités musicales complexes issues d'une programmation orientée-objet en LISP peuvent-elles se référer à une description chorégraphique des gestes ? Quel formalisme est-il nécessaire d'établir pour comparer la structure, la variation, la relation et l'ordre de tels "objets" ?

Comment ces relations peuvent-elles être actualisées en temps réel et se développer de manière interactive ? OpenMCL fournit des structures de données complexes (complex data structures) de même que des threads parallèles natifs (native parallel threads) pour le calcul en temps réel de processus parallèles. Ces possibilités permettent maintenant au compositeur de sélectionner de manière interactive des objets musicaux prédéfinis, qui sont alors déclenchés, modulés et modifiés structurellement par le danseur.

Qu'en est-il de la relation entre interaction et partition ? Tous les objets générés sont intégrés dans le développement harmonique et rythmique. La tension entre le caractère ouvert de l'interaction et la fixité de la partition se reflète dans la relation entre une œuvre ouverte, en chantier et une œuvre terminée.

16h-16h45 Écrire un dialogue devant être façonné ultérieurement

La fiction interactive numérique est une nouvelle forme d'expression artistique, créant un pont entre l'art et le métier traditionnel de raconteur d'histoires et les nouveaux paradigmes dûs à l'usage de l'ordinateur et à leur concentration sur les actions des utilisateurs ayant à faire à un médium et notamment à un monde simulé.

Plusieurs genres de fictions interactives doivent être développés et distingués, puisque le phénomène peut prendre plusieurs formes. Ce que toutes ces formes ont en commun, c'est le problème de la distribution et du partage des mandats ou rôles dans la dynamique de l'histoire entre les auteurs et les participants. Cela inclut, par exemple, le contrôle de la structure temporelle à un niveau fin, notamment lorsque des interfaces conversationnelles sont utilisées, mais aussi du développement global de l'intrigue.

Lorsqu'il s'agit des exemples de dialogues numériques avec des acteurs virtuels fondés sur la technologie des "chatbots", plusieurs questions se posent : comment les artistes peuvent contrôler et écrire un dialogue émergent, en utilisant des scripts, règles ou schémas ? Quelles sont les conditions pour réussir à créer une métaphore de dialogue dans une fiction interactive, incluant les questions de l'interaction homme-machine et du traitement de la langue naturelle? Quelles structures peuvent être fournies aux différents niveaux de l'expression dramatique, ou encore de ses micro et macrostructures temporelles ?

Les diverses combinaisons possibles entre "raconter" et "laisser jouer" impliquent aussi la formalisation des affaires humaines et des systèmes sociaux, afin de leur permettre d'être accomplis comme des simulations calculables. Dans ce contexte, le "temps" doit être vu comme un aspect crucial pour la distinction entre les histoires du "pourquoi" et les simulations du "que faire si".

16h45-17h15 Pause

17h15-18h30 Débat

 

Mardi 13 juin, 9h30-18h30 / Ircam, Centre Wallonie-Bruxelles

<< Retour